/page/2

Les contes des arts martiaux, réunis par Pascal Fauliot, présentés par Michel Random, éditions Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes, 1984

°Kata (forme, moule), souffle du Budo, enchaînement de mouvements prédéterminés

Kyu-jutsu le tir à l’arc

Maître Ueshiba explique : « Avant que quelqu’un m’attaque, son Ki vient vers moi. Si je l’évite, et que son corps suive le Ki, je n’ai qu’à le toucher légèrement pour qu’il tombe au sol. » p35

KIAÏ, vulgairement appelé le « cri qui tue »,  est en fait l’art de diriger, de projeter le KI. Il existe deux aspects du Kiaï : un cri sonore qui émet une certaine qualité de vibration, cri qui vient du haratandem, le centre vital de l’homme, situé au bas-ventre. Ce Hara est le centre de gravité du corps qui conditionne sa stabilité, ses mouvements et déplacements. Tout mouvement atteint son maximum d’efficacité s’il est initié par ce Hara, et se trouve au contraire bloqué s’il a pour origine une contradiction musculaire. Le second aspect du Kiaï est le phénomène du « cri silencieux », qui provient des profondeurs de l’être. Ce cri projette une énergie subtile et peut se manifester par les yeux. Il s’apparente ainsi à l’hypnose. Le but des cris, sonore et silencieux, est le même : émettre des vibrations susceptibles de créer le trouble chez l’adversaire, mais ils peuvent aussi servir à réanimer ceux qui ont perdu connaissance grâce au choc produit par la vibration. P36-37

Le KIME est le fait de projeter le Ki à l’aide du corps, en rassemblant l’onde de choc et l’énergie interne sur un point de façon à leur permettre de continuer lorsque le coup s’arrête. P37

Le sixième sens, la faculté de pressentir une attaque est aussi en rapport avec le Ki, l’énergie. Toute pensée, toute intention, est une onde émise par une personne et qui peut être captée par une autre, dont la sensibilité est très développée. P37

La VOIE

L’homme ordinaire, étouffé dans un carcan d’habitudes physiques et mentales, sa vision du monde déformée par un écran d’illusions, est un infirme coupé de son être profond dont les possibilités sont inexploitées. Le travail à accomplir consiste donc à faire sauter les blocages, physiques et psychologiques, pour que les forces latentes de l’homme puissent s’épanouir librement. Le Budo, la Voie du Combat, comme toute Voie authentique, a pour but la régénération de l’individu. Mais cette réalisation de soi ne peut être atteinte que par une lutte sans pitié contre ses propres défauts, ses faiblesses, ses illusions. Pour vaincre les obstacles intérieurs encore faut-il avoir la patience de les traquer sans répit et le courage de leur faire face. Orgueil, lâcheté, impatience, doute, nourris par l’illusion, sont autant de pièges redoutables dans lesquels beaucoup sont tombés. Le sentier serpente, long, difficile et éprouvant. Ne pas se laisser décourager et persévérer, malgré out, malgré soi, telle est l’une des clés de la Voie. P64

Il ne faut pas oublier, comme l’affirme D.T. Suzuki, que « tant qu’on n’aura pas mangé le pain de la tristesse, on ne pourra connaître la saveur de la vie réelle ». p64

« Quand l’aigle attaque, il plonge sans étendre des ailes. Quand le tigre est sur le point de bondir sur sa proie, il rampe, les oreilles rabattues. De même, quand un sage est sur le point d’agir, nul ne peut le deviner. » Funakoshi Gishin p79

« Sous estimer son adversaire, c’est comme perdre son trésor », nous dit un proverbe chinois. P81

Miyamoto Musashi, samouraï, Traité sur les cinq roues : « Chaque chose obéit à un phénomène de transmission. Le sommeil se communique, un bâillement aussi…Lorsque vos adversaires sont encore sous le coup de l’excitation et qu’ils vous semblent se précipiter, prenez au contraire un air nonchalant comme si vous étiez indifférent. Ils seront alors contaminés et leur attention se relâchera. A ce moment passez à l’assaut rapidement et énergiquement. » p81

« Pour l’ignorant, la pierre précieuse semble n’être qu’un simple caillou. » p83 proverbe oriental

« Être fier de sa force quand on ne maîtrise pas encore sa fougue, c’est comme si on se vantait publiquement de ses défauts. » p84

Shiatsu (acupuncture digitale)

…le général Kenshin, adepte Zen, avait coutume de dire à ses hommes : « Allez au combat fermement convaincus d’être victorieux, et vous reviendrez chez vous sain et sauf. Engagez le combat complètement décidés à mourir et vous vivrez, car ceux qui se cramponnent à la vie meurent, et ceux qui défient la mort vivent. » Une maxime de Jiu-jutsu exprime la même idée, en d’autres termes : « Pour celui qui s’accroche, la chute arrive certainement, mais pour celui qui ne s’accroche pas, aucune chute n’est à craindre. » p101

« Quand les pensées sont apaisées, le feu lui-même est frais et rafraîchissant », furent les dernières paroles de l’abbé Kwaisen, juste avant de brûler vif dans son monastère en feu qu’il avait refusé de livrer aux assiégeants. P126

Le satori est l’éveil à soi-même et à la Réalité. P126

Les « koans » sont, eux, des sortes de rébus, des questions illogiques qui n’ont aucune réponse mentale mais que le disciple est tenu de méditer. Les plus célèbres sont : « toute chose retourne à l’Unique, mais où retourne l’Unique ? » / « Quand tu frappes des deux mains, le choc produit un certain son. Quel est le son produit par une seule main ? » p127-128

Le Zen détient la clé de la libération, de la réalisation de soi.. L’homme peut alors devenir maître des énergies latentes qui l’habitent. P127

Véritable alchimie intérieur, l’enseignement taoïste passe par un ensemble de techniques qui conduisent à l’Eveil des énergies latentes en vue d’une régénération de l’adepte. Les méthodes sont proches de celles du Zen : méditation, contrôle du souffle, questions et réponses énigmatiques, et bien sûr, pratique de la méditation en mouvement, de la concentration dans les gestes quotidiens. Pour les Taoïstes, la méditation dans l’activité est mille fois supérieure à la méditation au repos : « C’est seulement quand il y a le calme dans le mouvement que le rythme universel se manifeste.. » P128-129

Un proverbe dit : « Ne regrette pas d’être ignoré, mais d’être ignorant. » p136

« Celui qui a maîtrisé l’Art n’utilise pas le sabre et l’adversaire se tue lui-même. » Tajima No Kami p143

Proverbe chinois : « Un ennemi que tu vaincs reste ton ennemi. Un ennemi que tu convaincs devient ton ami. » p145

Vaincre sans combattre n’est pas à la portée du premier venu. « Un homme ordinaire dégainera son sabre s’il se sent ridiculisé et risquera sa vie, mais ne sera pas appelé un homme courageux. Un homme supérieur n’est pas troublé même dans les situations les plus inattendues, car il a une grande âme et un noble but », aimait à dire Funakoshi Gishin. Celui qui ne peut se dominer face à un danger risque de devenir agressif et de réagir violemment. Il entre ainsi dans le jeu de l’adversaire. Parfois, il peut même croire qu’il est menacé alors qu’il n’en est rien. Tandis que celui qui reste maître de lui dans toutes les situations peut faire face avec toute sa lucidité, tous ses moyens. Réagir violemment est une solution de facilité, rester calme est un tour de force. C’est ce qu’exprime Lao-Tseu dans une des fameuses sentences du Tao-tö king : « Imposer sa volonté à autrui est une démonstration de force ordinaire, se l’imposer à soi, un témoignage de puissance véritable. » p145-146

Wu-wei signifie plus exactement : laisser faire, agir sans intervenir, sans résister. 

« La véritable cible que l’archer doit viser est son propre cœur », nous dit une maxime du Kyudo, la Voie du tir à l’arc. P165

Kokoro signifie en japonais le cœur, mais aussi l’esprit, l’être. Comme le cœur physique est ancré dans le corps, le kokoro est ce centre de l’homme qui fait palpiter son être profond, sous l’écorce des apparences. P165

…la Voie du cœur commence par la « non dispersion de l’énergie », la véritable « con-centration ». Il explique (Takuan, maître Zen) en effet que si le Ki est dirigé sur les mouvements de l’adversaire, il est hypnotisé par eux ; s’il est dirigé sur la défense, il est pris pas l’idée de défense. Le Ki prisonnier, on est à la merci de l’adversaire. Pour le libérer, Takuan préconise de le laisser remplir tout le corps, le laisser traverser la totalité de l’être. Alors, s’il est nécessaire d’utiliser les mains ou les jambes, aucun temps ni aucune énergie ne seront perdus. La réponse adaptée aux circonstances sera instanténée, immédiate comme l’éteincelle. Si la fluidité du Ki est préservée en le gardant libre des délibérations mentales et des réactions émotionnelles, il agira là où il est nécessaire, avec la rapidité de l’éclair. / Les Japonais appellent Munen ou Muso, c’est-à-dire « non-mental », « non-égo », cette fluidité du Ki. P165-166

« Ce que vous aurez appris en écoutant les paroles des autres, vous l’oublierez bien vite. Ce que vous aurez compris avec la totalité de votre corps, vous vous en souviendrez toute votre vie. » Funakoshi Gishin p168

« Connaître quelque chose veut dire l’expérimenter concrètement. Un livre de cuisine ne supprimera pas votre faim. » Takuan p 168

Un guide expérimenté peut conseiller, encourager,  mais le secret ne peut être transmis d’un homme à un autre ; il doit être conquis. P168

Le chef du clan a d’énormes défauts dans sa pratique du Karaté. Sa vanité l’empêche de les reconnaître et sa négligence de les corriger. P170

L’efficacité technique n’est pas le but de l’Art. p177

« Voilà tout ce que je peux vous expliquer ici. C’est à vous d’en expérimenter la vérité. La vraie compréhension se trouve en dehors de tout enseignement écrit. Une transmission spéciale d’homme à homme est nécessaire mais de toute façon la vérité ne s’atteint que pas soi-même. Enseigner n’est pas très difficile, écouter non plus, mais il est vraiment difficile de devenir conscient de ce qui est en vous. Le « satori », l’éveil, n’est rien d’autre que le fait de voir au-dedans de son être. Le satori est la fin d’un rêve. L’éveil, la réalisation de soi et voir au-dedans de son être ne sont, ni plus ni moins, que des synonymes. » p181

uispeccoll:

The Discovery of Witchcraft is the short title for Reginald Scot’s 1584 work on magical things.  The long title gives you an idea of what Scot was trying to educate the reader about:

The Discouerie of witchcraft, Wherein the lewde dealings of witches and witchmongers is notablie detected, the knauerie of coniurors, the impietie of inchantors, the follie of soothsaiers, the impudent falsehood of cousenors, the infidelitie of atheists, the pestilent practices of Pythonists, the curiostie of figurecasters, the vanitie of dreamers, the beggerlie art of Alcumystrie, The abhomination of iodlatrie, the horrible art of poisonings, the virtue and power of natural magike, and the cnueiances of Legierdemain and iuggling are deciphered: and many other things opened, which have long lien hidden, howbeit verie necessarie to be knowne.

The 560 page work includes several woodcuts and a table of contents.  During his lifetime, Scot wrote one other book on hop-gardens.

(London: William Brome, 1584)

158.3 .S42

Post by Laura and Jillian

(via andren)

LLANFAIRPWLLGWYNGYLLGOGERYCHWYRNDROBWLLLLANTYSILIOGOGOGOCH
– Lieu-dit au pays de Galles signifiant approximativement : “Église consacrée à la Vierge se trouvant au fond d’un vallon plat” de coudriers blancs près d’un torrent tourbillonnant, non loin de l’église de Thysilio qui, elle, est située près d’une grotte rouge.”
TAUMATAWAAKATANGGIHANGAKOUATAMATEATURIPUKAKAPIKIMAINGAHORONUKUPOKAIWHENUAKITANATAHU
– Lieu-dit situé dans la Nouvelle-Zélande et qui signifie à peu près : ” Le sommet rocheux où Tamatea, l’homme au genou enflé ayant l’habitude de glisser le long des pentes, d’y grimper, de les prendre d’assaut, l’explorateur du pays, jouait de la flûte pour sa bien-aimée.”
Un pour tous, tous pour un.
– Devise de la Suisse

Roger Caillois, La passion des pierres, Ina.fr

Tout ce qu’on invente est vrai. Sois-en sûre.
– Gustave Flaubert à Louise Colet en 1853.
Si vous voulez une règle d’or qui s’applique à tout le monde, la voici : n’ayez rien dans votre maison que vous ne sachiez être utile ou ne pensiez être beau.
– William Morris, conférence “La beauté de la vie”, 1880, citée par Lynn Federle Orr, “L’avant-garde victorienne et son contexte”, in Beauté, morale et volupté dans l’Angleterre d’Oscar Wilde, catalogue d’exposition, Paros, Musée d’Orsay, Skira/Flammarion, 2011, p.25.

Les contes des arts martiaux, réunis par Pascal Fauliot, présentés par Michel Random, éditions Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes, 1984

°Kata (forme, moule), souffle du Budo, enchaînement de mouvements prédéterminés

Kyu-jutsu le tir à l’arc

Maître Ueshiba explique : « Avant que quelqu’un m’attaque, son Ki vient vers moi. Si je l’évite, et que son corps suive le Ki, je n’ai qu’à le toucher légèrement pour qu’il tombe au sol. » p35

KIAÏ, vulgairement appelé le « cri qui tue »,  est en fait l’art de diriger, de projeter le KI. Il existe deux aspects du Kiaï : un cri sonore qui émet une certaine qualité de vibration, cri qui vient du haratandem, le centre vital de l’homme, situé au bas-ventre. Ce Hara est le centre de gravité du corps qui conditionne sa stabilité, ses mouvements et déplacements. Tout mouvement atteint son maximum d’efficacité s’il est initié par ce Hara, et se trouve au contraire bloqué s’il a pour origine une contradiction musculaire. Le second aspect du Kiaï est le phénomène du « cri silencieux », qui provient des profondeurs de l’être. Ce cri projette une énergie subtile et peut se manifester par les yeux. Il s’apparente ainsi à l’hypnose. Le but des cris, sonore et silencieux, est le même : émettre des vibrations susceptibles de créer le trouble chez l’adversaire, mais ils peuvent aussi servir à réanimer ceux qui ont perdu connaissance grâce au choc produit par la vibration. P36-37

Le KIME est le fait de projeter le Ki à l’aide du corps, en rassemblant l’onde de choc et l’énergie interne sur un point de façon à leur permettre de continuer lorsque le coup s’arrête. P37

Le sixième sens, la faculté de pressentir une attaque est aussi en rapport avec le Ki, l’énergie. Toute pensée, toute intention, est une onde émise par une personne et qui peut être captée par une autre, dont la sensibilité est très développée. P37

La VOIE

L’homme ordinaire, étouffé dans un carcan d’habitudes physiques et mentales, sa vision du monde déformée par un écran d’illusions, est un infirme coupé de son être profond dont les possibilités sont inexploitées. Le travail à accomplir consiste donc à faire sauter les blocages, physiques et psychologiques, pour que les forces latentes de l’homme puissent s’épanouir librement. Le Budo, la Voie du Combat, comme toute Voie authentique, a pour but la régénération de l’individu. Mais cette réalisation de soi ne peut être atteinte que par une lutte sans pitié contre ses propres défauts, ses faiblesses, ses illusions. Pour vaincre les obstacles intérieurs encore faut-il avoir la patience de les traquer sans répit et le courage de leur faire face. Orgueil, lâcheté, impatience, doute, nourris par l’illusion, sont autant de pièges redoutables dans lesquels beaucoup sont tombés. Le sentier serpente, long, difficile et éprouvant. Ne pas se laisser décourager et persévérer, malgré out, malgré soi, telle est l’une des clés de la Voie. P64

Il ne faut pas oublier, comme l’affirme D.T. Suzuki, que « tant qu’on n’aura pas mangé le pain de la tristesse, on ne pourra connaître la saveur de la vie réelle ». p64

« Quand l’aigle attaque, il plonge sans étendre des ailes. Quand le tigre est sur le point de bondir sur sa proie, il rampe, les oreilles rabattues. De même, quand un sage est sur le point d’agir, nul ne peut le deviner. » Funakoshi Gishin p79

« Sous estimer son adversaire, c’est comme perdre son trésor », nous dit un proverbe chinois. P81

Miyamoto Musashi, samouraï, Traité sur les cinq roues : « Chaque chose obéit à un phénomène de transmission. Le sommeil se communique, un bâillement aussi…Lorsque vos adversaires sont encore sous le coup de l’excitation et qu’ils vous semblent se précipiter, prenez au contraire un air nonchalant comme si vous étiez indifférent. Ils seront alors contaminés et leur attention se relâchera. A ce moment passez à l’assaut rapidement et énergiquement. » p81

« Pour l’ignorant, la pierre précieuse semble n’être qu’un simple caillou. » p83 proverbe oriental

« Être fier de sa force quand on ne maîtrise pas encore sa fougue, c’est comme si on se vantait publiquement de ses défauts. » p84

Shiatsu (acupuncture digitale)

…le général Kenshin, adepte Zen, avait coutume de dire à ses hommes : « Allez au combat fermement convaincus d’être victorieux, et vous reviendrez chez vous sain et sauf. Engagez le combat complètement décidés à mourir et vous vivrez, car ceux qui se cramponnent à la vie meurent, et ceux qui défient la mort vivent. » Une maxime de Jiu-jutsu exprime la même idée, en d’autres termes : « Pour celui qui s’accroche, la chute arrive certainement, mais pour celui qui ne s’accroche pas, aucune chute n’est à craindre. » p101

« Quand les pensées sont apaisées, le feu lui-même est frais et rafraîchissant », furent les dernières paroles de l’abbé Kwaisen, juste avant de brûler vif dans son monastère en feu qu’il avait refusé de livrer aux assiégeants. P126

Le satori est l’éveil à soi-même et à la Réalité. P126

Les « koans » sont, eux, des sortes de rébus, des questions illogiques qui n’ont aucune réponse mentale mais que le disciple est tenu de méditer. Les plus célèbres sont : « toute chose retourne à l’Unique, mais où retourne l’Unique ? » / « Quand tu frappes des deux mains, le choc produit un certain son. Quel est le son produit par une seule main ? » p127-128

Le Zen détient la clé de la libération, de la réalisation de soi.. L’homme peut alors devenir maître des énergies latentes qui l’habitent. P127

Véritable alchimie intérieur, l’enseignement taoïste passe par un ensemble de techniques qui conduisent à l’Eveil des énergies latentes en vue d’une régénération de l’adepte. Les méthodes sont proches de celles du Zen : méditation, contrôle du souffle, questions et réponses énigmatiques, et bien sûr, pratique de la méditation en mouvement, de la concentration dans les gestes quotidiens. Pour les Taoïstes, la méditation dans l’activité est mille fois supérieure à la méditation au repos : « C’est seulement quand il y a le calme dans le mouvement que le rythme universel se manifeste.. » P128-129

Un proverbe dit : « Ne regrette pas d’être ignoré, mais d’être ignorant. » p136

« Celui qui a maîtrisé l’Art n’utilise pas le sabre et l’adversaire se tue lui-même. » Tajima No Kami p143

Proverbe chinois : « Un ennemi que tu vaincs reste ton ennemi. Un ennemi que tu convaincs devient ton ami. » p145

Vaincre sans combattre n’est pas à la portée du premier venu. « Un homme ordinaire dégainera son sabre s’il se sent ridiculisé et risquera sa vie, mais ne sera pas appelé un homme courageux. Un homme supérieur n’est pas troublé même dans les situations les plus inattendues, car il a une grande âme et un noble but », aimait à dire Funakoshi Gishin. Celui qui ne peut se dominer face à un danger risque de devenir agressif et de réagir violemment. Il entre ainsi dans le jeu de l’adversaire. Parfois, il peut même croire qu’il est menacé alors qu’il n’en est rien. Tandis que celui qui reste maître de lui dans toutes les situations peut faire face avec toute sa lucidité, tous ses moyens. Réagir violemment est une solution de facilité, rester calme est un tour de force. C’est ce qu’exprime Lao-Tseu dans une des fameuses sentences du Tao-tö king : « Imposer sa volonté à autrui est une démonstration de force ordinaire, se l’imposer à soi, un témoignage de puissance véritable. » p145-146

Wu-wei signifie plus exactement : laisser faire, agir sans intervenir, sans résister. 

« La véritable cible que l’archer doit viser est son propre cœur », nous dit une maxime du Kyudo, la Voie du tir à l’arc. P165

Kokoro signifie en japonais le cœur, mais aussi l’esprit, l’être. Comme le cœur physique est ancré dans le corps, le kokoro est ce centre de l’homme qui fait palpiter son être profond, sous l’écorce des apparences. P165

…la Voie du cœur commence par la « non dispersion de l’énergie », la véritable « con-centration ». Il explique (Takuan, maître Zen) en effet que si le Ki est dirigé sur les mouvements de l’adversaire, il est hypnotisé par eux ; s’il est dirigé sur la défense, il est pris pas l’idée de défense. Le Ki prisonnier, on est à la merci de l’adversaire. Pour le libérer, Takuan préconise de le laisser remplir tout le corps, le laisser traverser la totalité de l’être. Alors, s’il est nécessaire d’utiliser les mains ou les jambes, aucun temps ni aucune énergie ne seront perdus. La réponse adaptée aux circonstances sera instanténée, immédiate comme l’éteincelle. Si la fluidité du Ki est préservée en le gardant libre des délibérations mentales et des réactions émotionnelles, il agira là où il est nécessaire, avec la rapidité de l’éclair. / Les Japonais appellent Munen ou Muso, c’est-à-dire « non-mental », « non-égo », cette fluidité du Ki. P165-166

« Ce que vous aurez appris en écoutant les paroles des autres, vous l’oublierez bien vite. Ce que vous aurez compris avec la totalité de votre corps, vous vous en souviendrez toute votre vie. » Funakoshi Gishin p168

« Connaître quelque chose veut dire l’expérimenter concrètement. Un livre de cuisine ne supprimera pas votre faim. » Takuan p 168

Un guide expérimenté peut conseiller, encourager,  mais le secret ne peut être transmis d’un homme à un autre ; il doit être conquis. P168

Le chef du clan a d’énormes défauts dans sa pratique du Karaté. Sa vanité l’empêche de les reconnaître et sa négligence de les corriger. P170

L’efficacité technique n’est pas le but de l’Art. p177

« Voilà tout ce que je peux vous expliquer ici. C’est à vous d’en expérimenter la vérité. La vraie compréhension se trouve en dehors de tout enseignement écrit. Une transmission spéciale d’homme à homme est nécessaire mais de toute façon la vérité ne s’atteint que pas soi-même. Enseigner n’est pas très difficile, écouter non plus, mais il est vraiment difficile de devenir conscient de ce qui est en vous. Le « satori », l’éveil, n’est rien d’autre que le fait de voir au-dedans de son être. Le satori est la fin d’un rêve. L’éveil, la réalisation de soi et voir au-dedans de son être ne sont, ni plus ni moins, que des synonymes. » p181

uispeccoll:

The Discovery of Witchcraft is the short title for Reginald Scot’s 1584 work on magical things.  The long title gives you an idea of what Scot was trying to educate the reader about:

The Discouerie of witchcraft, Wherein the lewde dealings of witches and witchmongers is notablie detected, the knauerie of coniurors, the impietie of inchantors, the follie of soothsaiers, the impudent falsehood of cousenors, the infidelitie of atheists, the pestilent practices of Pythonists, the curiostie of figurecasters, the vanitie of dreamers, the beggerlie art of Alcumystrie, The abhomination of iodlatrie, the horrible art of poisonings, the virtue and power of natural magike, and the cnueiances of Legierdemain and iuggling are deciphered: and many other things opened, which have long lien hidden, howbeit verie necessarie to be knowne.

The 560 page work includes several woodcuts and a table of contents.  During his lifetime, Scot wrote one other book on hop-gardens.

(London: William Brome, 1584)

158.3 .S42

Post by Laura and Jillian

(via andren)

LLANFAIRPWLLGWYNGYLLGOGERYCHWYRNDROBWLLLLANTYSILIOGOGOGOCH
– Lieu-dit au pays de Galles signifiant approximativement : “Église consacrée à la Vierge se trouvant au fond d’un vallon plat” de coudriers blancs près d’un torrent tourbillonnant, non loin de l’église de Thysilio qui, elle, est située près d’une grotte rouge.”
TAUMATAWAAKATANGGIHANGAKOUATAMATEATURIPUKAKAPIKIMAINGAHORONUKUPOKAIWHENUAKITANATAHU
– Lieu-dit situé dans la Nouvelle-Zélande et qui signifie à peu près : ” Le sommet rocheux où Tamatea, l’homme au genou enflé ayant l’habitude de glisser le long des pentes, d’y grimper, de les prendre d’assaut, l’explorateur du pays, jouait de la flûte pour sa bien-aimée.”
Gamme

Gamme

Feuilles

Feuilles

Un pour tous, tous pour un.
– Devise de la Suisse
Cristaux

Cristaux

Basket-ball

Basket-ball

Architecture 2

Architecture 2

Architecture 1

Architecture 1

Arbres

Arbres

Roger Caillois, La passion des pierres, Ina.fr

Tout ce qu’on invente est vrai. Sois-en sûre.
– Gustave Flaubert à Louise Colet en 1853.
Si vous voulez une règle d’or qui s’applique à tout le monde, la voici : n’ayez rien dans votre maison que vous ne sachiez être utile ou ne pensiez être beau.
– William Morris, conférence “La beauté de la vie”, 1880, citée par Lynn Federle Orr, “L’avant-garde victorienne et son contexte”, in Beauté, morale et volupté dans l’Angleterre d’Oscar Wilde, catalogue d’exposition, Paros, Musée d’Orsay, Skira/Flammarion, 2011, p.25.
Les contes des arts martiaux, réunis par Pascal Fauliot, présentés par Michel Random, éditions Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes, 1984
"LLANFAIRPWLLGWYNGYLLGOGERYCHWYRNDROBWLLLLANTYSILIOGOGOGOCH"
"TAUMATAWAAKATANGGIHANGAKOUATAMATEATURIPUKAKAPIKIMAINGAHORONUKUPOKAIWHENUAKITANATAHU"
"Un pour tous, tous pour un."
"Tout ce qu’on invente est vrai. Sois-en sûre."
"Si vous voulez une règle d’or qui s’applique à tout le monde, la voici : n’ayez rien dans votre maison que vous ne sachiez être utile ou ne pensiez être beau."

À propos:

Pour ne pas oublier, pour constituer un savoir de réserve, pour piocher dans l'instantané ou le transitoire, ce blog est fait de notes, de découpages, de fragments.

Abonnements: